bio logique dimitri garcia

Découvre la biochimie avec Dimitri Garcia (Bio Logique)

Si tu n’aimes pas lire, cet article existe aussi en version audio 😉 Clique sur “Play” pour l’écouter ou clique-ici pour le télécharger

Mathieu: Salut à tous c’est Mathieu du blog transformation physique et j’ai l’immense plaisir d’accueillir Dimitri Garcia pour la première interview du blog salut à toi Dimitri j’espère que tu vas bien

Dimitri: Salut Mathieu ça va très bien merci beaucoup

Qui est Dimitri Garcia?

Mathieu: Merci à toi d’avoir répondu présent malgré la situation particulière. Pour ceux qui ne te connaissent pas est-ce que tu pourrais te présenter et expliquer un peu ton parcours ton cursus.

Dimitri: Dans la vie de tous les jours je suis enseignant en biologie à l’université. Je m’occupe de différentes matières, suis plus généraliste on va dire. Je m’occupe plus spécifiquement des filières dites à concours donc les futurs professeurs en sciences et vie de la terre au collège et au lycée, ce qu’on appelle le CAPES. En parallèle je crée aussi depuis maintenant 5 ans, depuis 2015, des vidéos sur YouTube qui parlent de sujets de biologie, de biochimie. Depuis 3 ans je m’occupe d’une plateforme de cours où on approfondit de manière plus spécifique des programmes type étudiant sur la biochimie et la préparation pour certaines filières. Voilà en gros les trois grandes casquettes de mes activités.

Qu’est-ce que la biochimie

reflexion

Mathieu: Tu parles beaucoup de biochimie sur ta chaîne Youtube, est-ce que tu pourrais expliquer un peu ce qu’est la biochimie. J’ai découvert la biochimie cette année avec ma formation de coach bayesian France et grâce à tes vidéos YouTube. Avant ça je ne savais pas du tout ce que c’était. Est-ce que tu peux expliquer ce qu’est la biochimie et qu’est-ce qui t’a amené à cette discipline, qu’est-ce que tu apprécies dans la biochimie?

Dimitri: La biochimie c’est un terme très général qui peut de suite paraître compliqué. On pense aux fioles, on pense aux réactions, on pense aux explosions. C’est vrai qu’il y a de la chimie mais finalement c’est l’ensemble des réactions biochimiques, qui se déroulent au sein des cellules, c’est de la chimie dans le vivant pour faire simple. C’est quelque chose qui est peu visible. Ce n’est pas quelque chose, au premier regard, de très concret. Quand on commence à étudier la biochimie, quand on commence à taper quelques noms de molécules, quand on commence à taper quelques noms de réactions biochimiques sur Internet on tombe vite sur des sites avec des réactions de partout hyper compliquées.

Dans un corps, dans un organisme, qu’il soit animal ou végétal, on a des réactions qui se déroulent et qui font ce qu’on appelle un métabolisme pour les animaux par exemple. Lorsqu’on commence et qu’on veut étudier ça, on a un peu de mal. Soit on a fait des études au lycée, on a fait un petit peu de science dans une filière scientifique et donc on a déjà des bases. Quand ont a fait un bac littéraire ou carrément pas d’études, il n’y a pas de soucis avec ça, c’est vrai que à ce niveau-là c’est compliqué.

Ce qui m’a amené vers la biochimie, ce sont mes études, de par mon cursus. A l’université je n’étais pas fan, c’est un truc qui était compliqué. J‘étais sur Montpellier à l’époque, dans les amphis il y avait des gens qui arrivaient de médecine, des gens qui arrivaient en reconversion professionnelle et là on commence notre cours de biochimie. Le professeur commence à nous envoyer des formules à nous parler avec un nouveau langage. C’est une matière, je pense peut-être un petit peu moins maintenant, mais qui était très sélective à l’époque. C’est une matière qui n’était pas très évidente au premier abord et donc je m’étais dit à l’époque si je veux réussir mon année il faut que je m’y mette à fond. Ça a été une matière ou très rapidement je suis parti à la bibliothèque, j’ai pris des bouquins, c’était avant les années 2000 donc internet moi j’avais pas. Petit à petit finalement, en découvrant à travers les livres, les cours aussi en parallèle, je suis rentré dedans. Par la suite j’ai eu un poste à l’université comme enseignant, j’étais chargé de cours moi-même en biochimie. J’ai été obligé de replonger dedans et au fur et à mesure des années, les promotions arrivantes, chaque fois avec leur lot de questions, dont des questions où on se dit mais où ils vont chercher tout ça et donc en fait j’y replonge à chaque fois à différents moments de l’année. Donc ça a été de un mes études et de deux en étant ensuite chargé de ces cours où j’ai dû me replonger des fois violemment. Quand j’ai des étudiants qui sont dans des filières à concours type médecine c’est vrai que ça peut aller loin dans des détails dans des formules, voire du micro détails, c’est pas évident. Il faut jongler, c’est là la grosse difficulté, avoir une vue d’ensemble et être vraiment dans du détail pour comprendre exactement ce qui se passe. On a tel éléments, telle action avec tel proton qui se déplace, concrètement qu’est ce qui se passe? C’est là toute la difficulté de ce va-et-vient entre je pars du général puis je zoom, je vois le particulier puis je reviens au général et ce général c’est quoi c’est l’environnement. Est-ce qu’on est au repos, est-ce qu’on est en situation de jeun, est-ce qu’on vient de manger un bon repas, je viens de réaliser un effort physique, est-ce que je pratique un entraînement de musculation? Toutes ces situations environnementales, ces situations physiologiques font que biochimiquement ce n’est pas la même chose.

Tu as toutes les molécules qui interagissent en même temps avec des acteurs qu’on appelle les hormones qui vont faire que certaines voies vont être activées, d’autres voies vont être inhibées. On se dit waouh ça y est les difficultés arrivent. Voilà le challenge d’essayer petit à petit de décrypter ça, tout en amenant des situations assez concrètes en disant dans telle situation qu’est-ce qu’il se produit avec son lot de petite subtilité. C’est passionnant, quand on commence on plonge dedans et quand on aime bien généralement on y reste parce qu’on trouve tout un intérêt à tout, donc finalement la biochimie c’est la vie. C’est ce qu’on mange c’est ce que l’on fait, il y a tout qui est lié, connecter. La biochimie et au cœur de l’ensemble et comprendre les grandes bases ça peut aider dans nos choix à tous les niveaux dans notre façon manger dans notre façon peut-être de consommer. Les étudiants n’ont pas trop de recul et en discutant ils se rendent compte que ok si j’ai compris cet aspect là et bien du coup ça va influencer ma manière manger. Donc quand je réalise un effort physique ou une séance de musculation, qu’est-ce que je prends avant ou après. C’est un moyen de guider, d’orienter et surtout de laisser une part moins importante au hasard ou d’être moins sujet aux publicités ou à ces choses-là et d’avoir quelque chose d’un peu plus conscient.

Mathieu: C’est vrai que la biochimie quand tu commences, comme tu le dis, tu commences à chercher sur internet. J’y ai été confrontée, je tombais directement sur plein de molécules, plein de réactions. C’est un labyrinthe, au début c’est ultra compliqué et c’est vrai que quand tu commences à te plonger dans toutes les réactions finalement en fait tu finis des fois par oublier de pourquoi elle a lieu . Comme tu le dis, il faut prendre un peu de recul pour se dire ok il y a cette réaction là mais c’est dans un schéma global. Par exemple tu as telle réaction qui rentre par exemple dans la glycolyse qui a t-elle fonction générale etc…c’est important de prendre un peu de recul.

Tu pourrais donner peut-être un exemple concret sur l’utilité de la biochimie parce que tu parlais des choix alimentaires. Pourquoi la biochimie peut être importante, comment ça peut être utile de comprendre au moins les bases de la biochimie.

Dimitri: Pour l’alimentation ça peut être hyper important. On dit qu’il faut faire du sport et on entend souvent qu’il faut manger plein de pattes, de féculents. Mais quelle est la différence finalement entre des pâtes classiques, les fameux spaghettis même déjà troués pour cuire en 3 minutes et par exemple des pâtes complètes avec justement des pâtes qu’il va falloir cuire pendant 20 à 30 minutes. Ce sont des choses où on se dit est-ce que biochimiquement c’est la même chose, c’est quoi la différence? C’est sûr que pour des étudiants, en 3 minutes c’est pratique, c’est vite fait c’est vite mangé.

Il y a eu beaucoup d’études qui ont été faites avec des prises de sang et on se rend compte que quand on consomme tel composé on peut avoir ce qu’on appelle le pic de glycémie. Il y a une augmentation de la quantité de sucre sur un temps réduit dans le sang, on va dire il y a une hyperglycémie localisée après un repas. Alors généralement on dit que c’est quand on mange des gâteaux qu’on mange vraiment du sucre méga rapide sauf que quand on consomme des aliments qui sont très très vite cuit qui sont issus de l’industrie, très raffinés comme les pâtes blanches cuites en même pas 3 minutes, finalement, les sucres ne sont pas les mêmes. Ce sont des sucres absorbés très rapidement. L’intestin va assimiler et avoir tous ces sucres quasiment comme des sucres rapides et avoir un espèce de pic de glycémie et en ayant ce pic de glycémie ça va entraîner du coup la fameuse insuline. Du coup certains vont commencer au bout de plusieurs années à devenir potentiellement résistante à cette insuline commencer à développer des espèces de diabète précoce des choses comme ça. De finir résistant à l’insuline c’est terrible parce que ce ne sont pas des personnes obligatoirement qui sont en surpoids, ce ne sont pas des personnes consommant des gâteaux, des bonbons, des choses comme ça. Ce sont des personnes qui ont consommé de l’alimentation, alors certes très industrialisés peut-être, très raffiné, quand je dis raffiné c’est qu’on utilise vraiment des farines qui ont été plus que broyer. Si au contraire on utilise des produits plus complets plus comme des pâtes complètes ça ne va pas être la même chose parce que la farine n’a pas été très raffiné. Là les sucres n’entrent pas dans notre organisme à la même vitesse et au lieu d’avoir un pic on se retrouve avec une courbe plus plate, du coup moins d’insuline et moins de mise en réserve potentielle

Biochimiquement quand on commence à comprendre un petit peu tout ça, on peut se demander est-ce qu’il faut manger que du complet. Il y en a qui vont dire oui car il y a beaucoup plus de fibres mais du coup on peut avoir peur d’avoir un péristaltisme ou je vais aller aux toilettes souvent ça va être terrible. Après il faut faire des compromis mais au moins comprendre les grandes bases. Diversifier son alimentation un peu plus intelligemment. On est là sur du très court terme, ce n’est pas parce que je vais manger des pâtes cuites en 3 minutes que je vais être en mauvaise santé mais sur 5 ans, 10 ans là ça va pas être pareil parce que mon métabolisme va changer. Avec l’âge, une personne de 40 ans commence à dire mais c’est bizarre j’ai pas changé, je fais un petit peu de sport mais je commence à prendre un petit peu par-ci par-là, c’est bizarre pourtant je ne mange pas de gâteau et voilà il y a notre métabolisme qui change. Notre manière de consommer, d’hydrolyser et tout ça dans notre corps change. C’est là où certaines personnes commencent à dire “il faut que je fasse plus de sport, que je change mon alimentation” mais quoi changer, et c’est là où c’est compliqué. C’est un exemple très classique et c’est pour ça qu’on commence à regarder sur les étiquettes des aliments quand on est au supermarché., On dit bon ok alors finalement combien il y a de glucides et dans ces glucides combien pour 100 g. On essaie d’avoir des références. 10g se sucre ok c’est plutôt bon, au dessus attention, voilà ça permet un peu de contrôler plutôt que j’achète parce que c’est une belle étiquette ou parce que c’est un bel emballage.

Mathieu: Finalement tu as une réflexion un peu plus poussée que juste le marketing

Dimitri: Je pense à une personne de l’université que j’ai croisée et qui m’a dit “j’ai des soucis, on m’a diagnostiqué comme étant pas diabétique mais pas loin et qu’il faut que fasse attention à mon alimentation”. Ce n’est pas quelqu’un qui travaille du tout en biologie, il n’a pas les bases. J’ai discuté avec lui et la semaine d’après il a dit “mais c’est le calvaire tout ce que je consomme” il a ouvert son placard, il a regardé un petit peu tous les aliments qu’il avait et c’était que des produits avec du sirop de maïs dedans et plein plein de choses. Il mange du sucre en permanence, en tout cas des sucres rapides sans qu’il le sache pourtant il ne mange pas de gâteaux. C’est là où c’est terrible, il faut faire vachement attention, revenir aux sources. Arrêtons d’acheter des plats déjà tout près. Prenez des carottes, prenez des légumes verts, prenez des choses comme ça vraiment. Limiter les féculents et à côté de ça augmenter les salades. Il y a plein de légumes verts notamment qui sont d’enfer. C’est toujours pareil, c’est des gens à qui on ne peut pas dire direct car j’arrive à cette notion de régime, notion de je suis bloqué, j’ai un régime et ça fait peur. L’idée c’est juste dire diversifions comprenons un peu ce qu’il y a dans une assiette, comprenons un peu les différentes catégories. A partir de là on va essayer de modifier, de combiner et de rendre le truc agréable. Il y a plein de choses qui peuvent être agréable sans devoir acheter obligatoirement un plat avec plein de sauce, avec plein de trucs et qui peuvent être super avec des épices naturelles sans être passé par une grosse industrie qui a mouliné tout ça pour mettre du coup des exhausteur de goût et plein de trucs.

Mathieu: C’est vrai que quand tu commences vraiment à te plonger dedans et que tu découvres un peu l’industrie, dans ce que tu manges tu t’aperçois que finalement il y a plein de choses qui sont rajoutées. Quand tu découvres ça ça fait un peu peur mais tu te dis je vais manger quoi? Après moi je pars du principe que le mieux c’est de retourner vers des aliments un peu brute pas transformés.

Ce que j’ai découvert d’intéressant avec la biochimie c’est que finalement tous les substrats était un peu interconnectés. On différencie un souvent glucides, protéines, lipides. Chacun ont des utilités mais finalement ils sont tous interconnectés et on ne peut pas finalement dire qu’on va prendre du gras à cause des lipides ou alors non le gras à cause des sucres… Finalement c’est global, c’est vraiment intéressant en biochimie de comprendre ce processus globale et après de mettre ça dans ses choix alimentaires et après sur le sport

Dimitri : C’est ce qui amène du coup à la physiologie c’est-à-dire un ensemble qui intègre la biochimie, qui rajoute les hormones, qui va rajouter toute cette couche d’acteurs qui va en plus amplifier, diminuer les réactions voire les inverser. Tu parlais de glycolyse qui permet de dégrader du sucre mais de l’autre côté il y a la néoglucogenèse qui permet de créer du glucose. Quelle est la dualité entre une voie d’un coup qui détruit, qui coupe le sucre, qui l’utilise et de l’autre côté j’ai une voie qui va fabriquer du glucose. Favoriser l’une par rapport à l’autre c’est un jeu d’acteur, d’hormones et c’est là où ça se développe beaucoup, j’adore je suis très très fan. Après le côté comment on est au niveau du comportement, au niveau de notre physiologie, psychologie, stress. Est-ce que je suis quelqu’un de beaucoup stressé, peu stressé et donc là encore on a d’autres hormones comme le cortisol…  Les problèmes du stress à plus long terme qui vont jouer un rôle et qui vont faire qu’au final il y a des personnes qui ne vont pas comprendre, qui font du sport, qui se nourrissent bien mais qui vont être potentiellement immunodéprimés, qui vont être sujette à plein de petites maladies. Ils vont se choper les premiers rhume et là en fait on découvre pareil à partir de prise de sang que ce sont des personnes qui ont des taux de cortisol très important, un stress chronique permanent dont elles ne se rendent même plus compte et ça, ça bouleverse aussi, ça modifie toutes les voies biochimiques de base. Tout allait bien autour pour la personne et en fait il y a ce jeu-là à prendre en plus, ça rajoute ce côté passionnant. L’état physiologique, l’état psychologique et donc c’est là où on peut jouer dessus avec des exercices avec plein de choses. On voit se développer de plus en plus des formes de sport qui peuvent être plus dans la relaxation, la méditation. Jouer sur la respiration pur va jouer sur la diminution significative du stress et donc de ce cortisol et donc influer sur la biochimie.

Mathieu: Oui effectivement mais en fait tout est une affaire de contexte finalement parce que le stress en soi, quand il est ponctuel, il va être plutôt bénéfique finalement mais ça devient compliqué dès qu’il devient chronique et c’est là où tu as toutes les réactions qui vont dégrader la santé. C’est vrai qu’après il faut tout remettre dans une question de contexte finalement.

Les cours de biochimie sur youtube

youtube

Mathieu: Tu donnes des cours de biochimie sur Youtube. J’ai été assez surpris parce que je les trouve vraiment très pro tes vidéos même les toutes premières j’ai l’impression que tu as investi dans du matos tout de suite pour faire des vidéos de qualité. Qu’est-ce qui t’a motivé à te lancer sur Youtube et à faire des vidéos de biochimie? Le nom de ta chaîne Youtube c’est “bio logique”.

Dimitri: Ce qui m’a motivé à la base c’était plus une demande. Une année il y a eu un examen qui s’est déroulé comme chaque année et les résultats étaient plutôt catastrophiques. Moi ça m’avait un peu tourmenté en me disant mais c’est pas possible, pourtant j’ai tenté de faire un cours le plus clair possible, mais c’est pas possible comment ça se fait qu’il y ait des notes si catastrophiques. En passant du temps avec certains élèves pour essayer de comprendre, il y en a certains qui me disaient “mais quand on a des cours à 8h le matin des fois on n’est pas bien réveillé, on a besoin des fois de pouvoir se relire, de réécouter”. Là on est en 2015, donc il y a 5 ans, et là je leur ai dit bah ouais il y a des petits enregistreurs, il y a plein de choses mais il y en a certains qui m’ont dit que ce serait pas mal finalement si je pouvais enregistrer et pourquoi pas faire une vidéo. Du coup c’est resté dans ma tête en me disant mais si je fais des vidéos, ça pourrait en même temps me permettre de ne pas perdre de temps à répéter tout le temps les mêmes choses. Faire mon cours certes, ce qui normalement devrait être maîtrisé en première année, quand je commence mon cours en 2e année et bien je fais des concepts de 2e année avec pour moi des choses de première année qui sont acquises et c’est souvent pas le cas. C’est là que je me suis dit qu’il faut que je fasse des vidéos, je vais tenter.

Elles sont bien mais les pas belles elles ne sont pas sur youtube. D’ailleurs la première je l’avais envoyé à ma sœur, prof de biologie et je lui dis bah tiens regarde qu’est-ce que tu en penses et c’est vrai qu’elle m’a dit rapidement au téléphone “non ta vidéo ouais tu es gentil mais c’est long c’est ennuyeux, c’est pas possible regarde un petit peu les vidéos du moment regarde un peu les Cyprien, les Norman”. En biologie il y avait dirty biology qui montait bien en 2015. Elle m’a dit de regarder ses vidéos, c’est dynamique, c’est clair, ça envoie. Cette vidéo je ne la sors pas, c’était la glycolyse d’ailleurs et je faisais tout en direct. Je m’étais mis une petite tablette à côté et je parlais un petit peu comme nous en parlant devant une caméra d’ordinateur et en gros je décomposai la glycolyse à la main. C’est vrai que la glycolyse me prenait peut-être 25 minutes en la prenant comme ça. Si on a besoin d’avoir du ralenti on pourra avoir du ralenti, on pourra mettre stop, je ne devais pas être là tout le temps à dire c’est bon vous avez compris, à parler lentement. On a besoin d’avoir des trucs des fois un peu rapides quittes a mettre stop. C’est pas ma logique parce que ma logique c’était comme un cours avec des étudiants et au final tu n’es pas avec des étudiants en vidéo. C’est là que je me suis dit, c’est parti je lance mon truc tant pis voilà ils comprendront et finalement ça a plu aux étudiants qui regardaient en me disant finalement en 10 minutes j’ai l’ensemble de la voie. Tout l’enjeu pour moi était de la faire entièrement pour qu’il y ait du recule mais en même temps me plonger dedans pour qu’il y a assez de détails pour que ce soit utile.

Quand on fait de la vidéo on se dit ouais c’est sympa, c’est juste un résumé. Il fallait à la fois faire avec du recul mais en même temps aussi le côté on rentre-dedans et là si on modifie ce truc là avec ça, voilà ce qu’il se passe. J’ai tenté d’intégrer un maximum de question d’étudiant c’est-à-dire que je sais que à telle réaction les étudiants posent tout le temps la question. C’est comme s’ils étaient derrière moi. Alors là il me pose tout le temps des questions alors je vais peut-être un petit peu plus l’argument, là mais c’est quoi Monsieur une kinase donc je vais le rajouter et donc au fur et à mesure les scripts se sont enrichis avec l’ensemble des questions que j’ai d’année en année et donc c’est ce qui donne ces vidéos entre guillemets parce que je vais des fois insister sur des points qui n’ont pas lieu d’être mais qui vont débloquer les étudiants. Il n’y a rien de miraculeux, je n’ai pas le meilleur cours du monde,c’est juste la somme de plusieurs années de répétition avec l’ensemble des questions intégrées. La glycolyse quand je la fais en cours, je la fais pas à pas, je la fais de manière monotone, de manière logique. Je ne vais pas aussi vite en réel, ça ne marche pas donc voilà comment sont créées les vidéos.

Mathieu: C’est sûr que la vidéo est complètement différente du présentielle. En amphi on ne doit pas faire exactement la même chose. J’ai été assez étonné parce que pour moi, je pense que la plupart des profs devraient faire des vidéos, des cours en vidéo à destination des élèves. Comme tu dis il y a forcément des questions qui reviennent souvent. Plutôt que de répéter tout le temps la voix, faire une vidéo comme tu le fais pour envoyer après aux élèves, je trouve ça assez logique. J’ai l’impression que ça se fait beaucoup aux États-Unis, les grandes universités mettent leurs cours sur des plateformes mais en France ça ne se fait pas encore énormément, il y a la Khan Academy qui fait des cours en français. Comment on réagit les autres professeurs par rapport au fait que tu fasses des vidéos? est-ce que ça en a motivé certains ou est-ce que justement d’autres ont détesté cette façon de faire?

Dimitri: Au départ je n’en ai pas trop fait la pub aux collègues à l’université. C’était surtout à la base à destination des étudiants après il y en a certains qui sont revenus par des messages, “tiens je viens de te découvrir”. Puis j’ai eu beaucoup de retour des profs de collège et lycée qu’il soit d’anciens étudiants que j’ai moi-même eu en formation, soit des collègues qui eux-mêmes préparent aussi des concours, prépare l’agrégation par exemple ou des choses comme ça. Des fois ce sont des personnes qui ont besoin de se remettre à jour sur certaines notions en biochimie qui du coup en cherchant sur Youtube tombent sur les vidéos donc à chaque fois c’était plutôt positif et c’est là où j’ai essayé d’en profiter en disant “lance toi toi aussi, tu pourrais peut-être faire des trucs” mais c’est vrai que là-dessus ce n’est pas évident.

Il y en a qui ont tenté, alors pas sur YouTube, même si j’ai des collègues qui tante au sein de l’Université. Au début ça fait très peur, il y a toujours le côté voilà il faut se montrer, mince que vont dire les autres. Il faut outrepasser ça et un moment se dire juste que c’est utile, que ça peut être intéressant pour les étudiants, ça peut être intéressant pour moi-même aussi pour voir que c’est à peu près claire ce que je raconte, que ça paraît logique. C’est vrai que ça peut être une remise en question pour certains. Il y en a certains qui me disent “oulala moi je serai pas capable de passer devant la caméra, c’est dur” et finalement avec les événements qu’il y a en ce moment le covid19, on a donc été obligé de transformer nos pratiques. Parce qu’on pourrait très bien dire on fait une interview sans vidéo. Il y a beaucoup d’anciens qui font comme ça. Moi-même actuellement les cours que je fais sont sans caméra parce que actuellement ça marche bien c’est tant mieux mais du coup je coupe souvent la caméra et je travaille beaucoup avec un stylo avec un diaporama sur lequel on annote des choses, on écrit des choses, donc un peu comme dans les vidéos qu’il y a sur Youtube où je vais entourer, où je vais souligner des points parce qu’il faut guider le regard. Les anciens beaucoup se sont mis un peu par défaut et finalement les retours que l’on a, surtout en ce moment pour préparer la rentrée prochaine, il y en a beaucoup qui disent que finalement les élèves ont beaucoup aimé parce qu’ils peuvent interagir avec du Chat, du forum et poser des questions alors qu’en live il n’ose pas. Il y a des gens qui sont timides, qui ont peur des fois de poser des questions, “mais je vais paraître bête si je pose cette question” et en fait on a beau leur dire mais non il faut la poser mais c’est vrai que entre-eux des fois ils peuvent se critiquer.

Mais ça a permis en tout cas d’en motiver pas mal qui vont continuer à en faire donc je pense qu’il va y avoir de gros changements dans les mois et les années qui vont arriver. Sur Youtube ça se développe, il y a la Khan Academy, carrément c’est chouette. Moi au début je regardais la Khan Academy et je me disais c’est super mais il faut vraiment par contre ajouter quelqu’un, il faut voir la personne. On est des humains, on est des êtres sociaux, c’est important des fois de dire attention ça c’est important et ça oh là là parce que quand on nous voit pas, parfois on peut se demander si ça c’est important et les étudiants ne savent pas forcément si c’est important, si ça c’est de l’anecdote ou si c’est quelque chose de fondamental. Il faut se forcer à bouger et à tenter de faire vivre le truc en disant stop ça c’est du détail tu oublies direct la molécule, bravo tu es au top mais on s’en fout sauf si tu fais une thèse sur ce truc là, le nom de la protéine PS4 w6p on s’en fiche. Par contre est-ce que tu as compris le principe général. Il faut arriver à mettre en scène en petit peu tous ces trucs qui ne sont un pas concret c’est là tout l’enjeu d’un enseignant, essayer de tenter de faire vivre le truc.

Mathieu: C’est un tout autre exercice la vidéo pour pouvoir captiver vraiment il y a toute une histoire de montage parce que c’est vrai que le cerveau a tendance à décrocher assez vite finalement sur les vidéos. Il faut vraiment qu’il se passe des choses tout le temps sur l’écran pour garder l’audience captivée.

Comment découvrir la biochimie?

Mathieu: Est-ce que tu aurais des livres, chaîne Youtube ,déjà la tienne, pour les gens qui sont complètement néophytes comme moi et qui veulent commencer à étudier la biochimie. La femme d’un collègue, en parallèle de son boulot faisait des études de diététique. Elle m’a conseillé un livre, le manuel de biochimie pour BTS diététique et je dois dire que ça rendre dans les détails et je ne comprenais absolument rien. Je comprenais deux ou trois choses mais j’avais tellement de notions que j’avais pas que c’était très compliqué.

Dimitri: Souvent on me pose la question pour la chimie avant même la biochimie. Quand on commence à étudier les cours de chimie classique quand on est en reconversion on entre dans les atomes, les liaisons, les orbitales, les machins et on dit c’est de suite un vocabulaire compliqué. Il y a une chaîne d’un enseignant qui est sur Toulouse, blablareau au labo. Il a catégorisé différents types de vidéos qui sont plus sur le côté diététique sport, il développe pas mal de choses en physio, il a des cours de chimie pour ses élèves parce qu’il est prof en classe prépa donc du coup des choses qui vont  plus loin. Il vulgarise des concepts des réactions, plein de choses. Je pense que ça peut aider. C’est fait sur le ton de l’humour, il le fait très très bien. Il a récemment détruit pas mal de mythes sur notamment l’acide lactique. S’il entend ce mot-là, l’acide lactique, il va bondir. Il en a parlé justement avec un gars qui est dans la physiologie du sport.

On voit dans les bouquins le mot acide lactique mais en fait c’est faux, c’est du lactate. On a du lactate dans le sang et si je t’injecte de l’acide lactique même ne serait-ce qu’un tout petit peu, tu meurs. Donc en fait le terme a été peut-être mal traduit historiquement. Il est même enseigner, moi-même dans une des vidéos j’utilise à un moment le mot acide lactique, en fait on se fait vite avoir. Il y a pas mal de choses en physiologie du sport qui peuvent être chouette et qui touche nt aussi aux mythes dont tu parlais un peu tout à l’heure.

Il y a les TED les conférences TED X. Plus que la chaîne Youtube, je conseille d’aller directement sur le site TEDx et d’utiliser la recherche avec des mots-clés, santé, sciences, aliments et de voir un petit peu les vidéos qui sortent. Microbiote aussi, tous les micro-organismes qui sont en nous, sur nous sont très importants biochimiquement.

Tu as aussi les Khan Academy, en chimie il y a de belles vidéos. C’est plus du cours traditionnel mais des fois on a besoin de se replonger un peu dans les atomes, les choses comme ça.

Après en livres de cours pure je vais te dire qu’il faudrait presque en créer un justement. La biochimie pour les nuls, sans être offensant, ce n’est pas l’idée de dire pour les nuls mais dans la collection pour les nuls parce que la biologie pour les nuls je l’ai acheté, il est vraiment chouette, beaucoup de concepts expliqués, exprimés et qui sont assez clair. Je sais pas si ça existe mais ça pourrait être chouette pour des gens qui veulent s’y attaquer et débuter là-dedans.

Mathieu: Tu me parlais d’autres livres en off avec des références scientifiques dedans si tu peux en parler.

Dimitri: Des bouquins qui peuvent parler justement d’alimentation et de biochimie sans qu’on le sache par rapport au titre c’est par exemple le livre Cro-Magnon toi-même, c’est écrit par Michel Raymond que moi j’ai eu comme enseignant à Montpellier. C’est un prof en biologie qui s’est intéressé notamment à l’alimentation de sa fille à l’époque et s’est intéresser à ce que disait les diététiciens, à ce que disaient les nutritionnistes, à ce que disaient les médecins, à ce que disait pharmacies. On dit de manger ça puis de l’autre côté on me dit qu’il ne faut pas manger ça mais que ça c’est bon et ça c’est pas bon et donc il a voulu faire un peu le tri là-dessus et s’est plonger dans la littérature scientifique et c’est là qu’il s’est aperçu que il y a beaucoup de “on dit” qui sont en fait des idées reçues, qui n’ont jamais été démontrés, qui n’ont jamais été quantifier. Il a réuni un petit peu tout ça sur le ton de l’humour mais en même temps avec des références. les trois-quart du livre on va dire, la partie rédigé très sympa à lire et le reste c’est vraiment toutes les références qu’il a utilisé. Il répond à des questions comme, est-ce que finalement l’acné a toujours existé? Est-ce qu’il y a de plus en plus de myope dans la population? Dis comme ça on peut se demander c’est quoi ces questions et en fait tout ça est en rapport avec la biochimie et un rapport avec les sucres notamment. Il s’est intéressé notamment à des populations traditionnel chasseur-cueilleur qui n’ont pas connu l’industrialisation par exemple en Papouasie-Nouvelle-Guinée ou aussi une population comme les Inuits par exemple qui a connu récemment  un épisode d’industrialisation et le taux de myopie a augmenté en l’espace de une à deux générations. Il montre tout ça notamment avec l’importance des sucres qui dans l’alimentation on grande quantité ont modifié beaucoup de choses, des voies métaboliques qui potentiellement vont être transmise à la descendance donc des choses qui peuvent être héritable. Pour des gens non scientifiques c’est vrai que ça peut être très sympa ,en plus il parle de médecine évolutive et plein de plein de choses. En tout cas ça a plus à des gens qui font pas de la bio, aux étudiants chaque année je le conseille.

Cro-magnon toi-même

Mathieu: revenir sur blablareau, je l’ai découvert il y a 3 semaines et j’ai enchaîné plusieurs vidéos. J’ai trouvé ça extrêmement intéressant et oui il fait des vidéos avec Didier Reiss, le co-auteur de la bible de la préparation physique. Je l’ai découvert aussi avec cette vidéos sur l’acide lactique et c’est vrai qu’il détruit pas mal de mythes sur sa chaîne donc c’est pas mal, je conseille cette chaîne.

Les formations en Biochimie

Mathieu: Tu as une chaîne Youtube qui est complète mais tu donnes aussi des formations? Tu as un site, réussir en biologie et tu donnes des cours dessus?

Dimitri: Oui c’est une plate-forme qui réunit de nombreux étudiants. Il y a trois gros profils, il y a des étudiants qui sont en préparation plutôt de médecine donc en PACES. Il y a une grosse épreuve, la fameuse UE de biochimie qui fait peur et qui sélectionne drastiquement vraiment beaucoup beaucoup d’étudiants. Ces étudiants peuvent préparer leur concours du coup avec tout un ensemble de vidéos. On a dépassé la centaine des vidéos sur la plate-forme avec de la méthodologie, des vidéos qui vont plus loin que youtube avec une logique, avec une connexion, une structuration précise pour les amener du point A au point B puis au point C le plus logiquement possible.

Le deuxième type de public ce sont des gens qui sont en BTS Diététique donc là ce sont beaucoup de personnes en reconversion professionnelle pour certains. Depuis 5 ans, 10 ans certains n’ont plus fait de biologie ou de biochimie et là ils se retrouvent des fois avec des cours à distance, une accumulation de cours sur leur bureau et ça devient imbuvable et c’est compréhensible, ce n’est pas évident de travailler des matières où on a des tonnes et des tonnes de choses à lire. A un moment le cerveau il n’arrive plus à emmagasiner donc ils se tournent vers la vidéo, vers le côté interactif donc c’est pour ça qu’ils rejoignent la plateforme pour avoir ce contenu avec cette forme-là notamment.

Enfin il y a des étudiants qui sont à l’université en fac de sciences en général , en biologie. Ils ont besoin d’avoir un soutien et peut-être de pouvoir poser beaucoup de questions parce que je les ai beaucoup aussi avec WhatsApp. ils m’écrivent sur WhatsApp et je répond le plus rapidement possible pour que ce soit du spécifique parce que certains ne peuvent pas se payer des cours particuliers toute l’année. Là au moins, avec cette solution tout-en-un, ils savent qu’ils m’ont à disposition quand il le souhaite sur des choses des fois très précises. Ils ont une réponse très rapide assez précise également. En fonction de leurs bagages je vais dire attention là pour médecine oui il te le faut mais là pour le BTS oublie ça c’est de l’anecdote donc ça permet aussi de les rassurer parce qu’ils ont besoin de ça. Parce que souvent quand on est seul, parce que on est dans sa chambre étudiante quand on est en BTS avec des cours à distance, quand on est papa, maman avec des enfants c’est vite compliqué donc ça permet de suivre à leur rythme avec voilà ce format court, ce format avec aussi des exercices qui permettent du coup d’aller plus vite, ça aide à moins perdre de temps. A la base ça peut être fun quand on a le temps mais quand on a pas le temps et qu’on a des échéances avec des examens qui peuvent être stressant s,se dire bon ok allez certes c’est un investissement mais il faut un moment que je rentabilise largement par rapport au résultat qui est après et là du coup c’est un accompagnement beaucoup plus personnalisé.

Mathieu: Donc c’est vraiment spécifique aux différentes filières et aux concours

Dimitri: Oui sachant que l’été dernier j’ai quelques personnes qui m’ont dit bah voilà moi c’est vraiment par curiosité, ça m’a plu mais le truc c’est que je veux les grandes bases. Moi j’attaque directement des fois dans le dur, je me suis dit bon faut que je les prépare en amont avec un espèce de module qui les prépare. C’est pour ça que j’ai créé un espèce de gros module qui s’appelle débuter en biochimie où on part depuis nous, depuis l’organisme et on plonge petit à petit à l’échelle cellulaire puis à l’échelle moléculaire pour arriver jusqu’à la voie métabolique, à la molécule. Finalement c’est une espèce de grosse introduction à la biochimie. Je l’ai laissé sur la plate-forme avec l’ensemble des autres formations mais j’ai eu beaucoup de gens qui m’ont demandé à le sortir pour pouvoir le proposer a des gens qui ne souhaitent pas rejoindre la plateforme qui souhaitent prendre ce module et découvrir. Il y en a certains qui veulent comprendre un peu le phénomène de cancérisation, alors oui mais quand on me dit j’ai une métastases ça veut dire quoi biochimiquement? On dit que ça mange beaucoup de sucre mais alors est-ce qu’il faut que j’arrête le sucre? Il y a plein de questions comme ça, métabolique. C’est là où je me suis dit ok il y a peut-être quelque chose là dedans qu’il faudrait développer pour ces gens-là. J’enrichi ce module régulièrement et d’ici cet été il sera complet et potentiellement je le sortirai. Je le laisserai sur la plateforme mais je le proposerai aussi à des gens qui ne sont pas obligatoirement étudiant s’ils souhaitent une vue générale, une formation qui pourrait être utile pourquoi pas à des sportifs. C’est un peu à la carte, on me “j’aimerais bien comprendre les hormones” du coup je l’introduit. Chaque mois je rajoute des vidéos pour répondre au fur et à mesure des personnes.

Mathieu: Est-ce que tu as d’autres projets à venir en plus de la formation de ce module?

Dimitri: YouTube ça va reprendre prochainement à vitesse grand V. Il y a beaucoup de vidéos qui sont en préparation et qui arrivent prochainement donc une grosse grosse quantité qui va arriver petit à petit parce qu’il y a eu un gros silence radio pour justement préparer tout ça avec des partenaires. Ce sera la surprise prochainement d’ici un mois et demi je pense à peu près. A côté de ça, la plate-forme qui continue de se développer avec peut-être des modules aussi qui vont être fait selon les demandes. Il y a eu pas mal de demandes sur des formations universitaires, sur la méthodologie, sur comment faire vraiment une bonne synthèse, une bonne rédaction. Sur peut-être des modules sur le sucre et tout le côté santé derrière sans obligatoirement dire ben je vais sur la plate-forme. Faire des petits modules, faire des petites choses et petite formation qui soit spécifique à une demande spécifique. Ca va être plus ça l’enjeu parce qu’il y a beaucoup de gens qui seraient intéressé et qui veulent juste avoir des petites pièces donc l’idée serait une espèces de pool de vidéo répondant à une problématique spécifique.

Où retrouver Bio Logique?

Mathieu: on va juste rappeler pour te suivre sur ta chaîne Youtube c’est bio logique. Tu as un site internet réussir en biologie et on peut te retrouver sur Instagram. Tu fais pas mal de Story et de publication donc c’est bio_logique_officiel

Dimitri: C’est ça ,comme il y a un biologique, c’est souvent utilisé pour la nourriture bio. C’est très très pris, tu dis bon il faut que je mette officiel au moins. Après il y a ma tronche dessus donc on se dit c’est bon on est au bon Instagram. j’essaie de montrer un peu l’envers du décor instagram quand je tourne de nouvelle vidéo pour YouTube. Il y a beaucoup d’étudiants qui suivent et de personnes qui me découvrent comme ça, ça donne une autre vision de la chose.

Mathieu: Je te remercie énormément d’avoir pris ton temps pour cette interview c’était vraiment super si jamais vous avez apprécié cette interview, n’hésitez pas à lâcher un petit like et à partager la vidéo et bien sûr à suivre Dimitri Garcia sur son site et sur ses différents réseaux sociaux à bientôt.

Un partage ça fait toujours plaisir ;)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3 réflexions sur “Découvre la biochimie avec Dimitri Garcia (Bio Logique)”

  1. Merci pour l’interview, et tout le travail réalisé ici (montage, podcast, texte ! BRAVO !!!)

    Au plaisir,

    Dimitri

  2. Excellent ce premier interview!

    J’aime beaucoup la partie qui parle du diabète et de la résistance à l’insuline.

    C’est un moment très intéressant et important à comprendre au vu de l’augmentation du diabète dans nos sociétés occidentales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :