fitness

Sexe et sport sont-ils compatibles ?

Masturbation et musculation sont-ils compatibles ? Ou plus largement, est-ce que le sexe impacte les performances sportives. Cette question revient souvent dans le milieu du sport et particulièrement dans la musculation. Mohamed Ali n’avait plus aucun rapport sexuel pendant des semaines précédant un match.

Certains entraîneurs recommandent à leurs athlètes de ne pas pratiquer d’activités de jambe en l’air la veille de compétitions. Pourtant, dans le village olympique pendant les jeux, c’est connu que les athlètes s’en donnent à cœur joie niveau sexe. Leurs performances ne semblent pas être si impactées que ça.

Est-ce que la masturbation et le sexe nuisent vraiment aux performances sportives et à la prise de masse musculaire ?

Si tu n’aimes pas lire, cet article existe aussi en version audio 😉 Clique sur “Play” pour l’écouter ou clique-ici pour le télécharger

Orgasme et testostérone

Quand on parle de musculation et de sport, l’hormone maîtresse est la testostérone. Plus tu produits de testostérone et plus tu seras capable de construire de masse musculaire et d’améliorer tes performances.

Le premier argument en défaveur du sexe ou de la masturbation quand on fait du sport et particulièrement de la musculation c’est que l’orgasme diminuerait la production de testostérone. Ce serait catastrophique pour tout go muscu qui se respecte et qui veut un max de muscle.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment booster le système immunitaire

Mais qu’en est-il vraiment ?

Une étude de 2010 a voulu étudier la question chez des membres de club échangiste Américain. 44 hommes ont été répartis en deux groupes. Le groupe des voyeurs et le groupe des actifs qui participaient aux ébats du club (les petits chanceux). Les deux groupes ont vu leur niveau de testostérone salivaire augmenter d’environ 36%. Donc le simple fait d’observer sans participer a été suffisant. Mais ceux qui ont eu des rapports sexuels ont eu la plus grande hausse de testostérone.

L’éjaculation ne fait donc pas baisser le niveau de l’hormone maîtresse, bien au contraire. Une étude longitudinale de 2016 conclue la même chose. J’en vois déjà plus d’un se ravir de cette conclusion mais calme tes ardeurs. Ce n’est pas parce qu’à court terme tu as une élévation de la testostérone que ça se traduit forcément par plus de muscle à long terme.

C’est une erreur fréquente d’extrapoler des phénomènes physiologiques de court terme sur des bénéfices à long terme.

Après un orgasme, le niveau de prolactine augmente ce qui entraîne une baisse de la production de dopamine. Hors c’est la dopamine qui est responsable de l’excitation. C’est ce qui explique pourquoi les hommes ont leur excitation qui chute rapidement après un rapport sexuel.

Sexe et performance

Voyons maintenant ce qui nous intéresse le plus, le rapport entre sexe et sport et plus particulièrement avec la performance sportive. Si le sport permet d’améliorer ses performances sexuelles, qu’en est-il de l’inverse ?

Je me souviens d’une émission de télé, « sport science », qui s’était posée la même question. L’émission avait alors fait une expérience sur un champion de boxe, Chris Berg. Sa force et sa puissance dans les jambes ainsi que son cardio et l’impact de ses coups de points avant et après un rapport sexuel ont été testé. Il y a aussi eu une analyse du niveau de testostérone sanguin. Les seconds tests ont été faits le lendemain de la séance de sport de chambre.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les bienfaits de la méditation pour le sport

Le résultat est que le niveau de testostérone de Chris a augmenté de 20% et ses performances se sont légèrement améliorées.

Mais en réalité cette expérience ne vaut pas grand-chose. On ne peut pas se baser sur ça pour conclure car utiliser seulement une personne n’est pas suffisant.

Il y a cependant une étude de 2019 qui s’est aussi penchée sur le sujet. 8 personnes (1 femme et 7 hommes) ont subi une batterie de tests physiques après 3 conditions. Ils devaient pratiquer le coïte la nuit précédant les tests, ils ont été testés en étant abstinent la nuit précédente et enfin ils ont été testés en ayant fait uniquement du yoga la veille. Le résultat est qu’il n’y a eu aucune différence significative entre avoir un rapport sexuel, ne pas en avoir ou faire du yoga sur les performances sportives.

Cette étude a cependant quelques limites :

  • Il n’y a que 8 participants. Même si chacun a fait les 3 tests ce qui limite le besoin de participants
  • La durée de l’étude est trop courte et ne donne aucune idée des résultats à long terme

No fap challenge et musculation

Il y a cette idée rependue que l’abstinence (pas de masturbation ni de sexe) permet d’augmenter l’agressivité et le niveau d’énergie.

De nombreuses personnes se sont alors lancées dans le No Fap challenge, c’est-à-dire arrêter la masturbation pour ressentir les soit disant nombreux bienfaits.

Si l’objectif est de lutter contre l’addiction à la masturbation et au porno alors c’est une bonne idée. Par contre faire ce challenge dans l’espoir d’améliorer ses performances, sont énergie et ses gains musculaires n’est pas la façon la plus optimale de procéder.

Pendant une courte période d’abstinence il y a une légère augmentation de la production de testostérone. Une étude de 2003 montre qu’entre 2 et 5 jours le niveau de testostérone n’augmente que légèrement. Par contre elle atteint un pic au bout de 7 jours avec un niveau de 145,7% par rapport au niveau initial. Le 8ème jour le niveau a drastiquement baissé.

sexe et testostérone

Quand on parle de musculation, l’important est surtout une augmentation de la testostérone sur du long terme. Il y a des méthodes bien plus efficaces que l’abstinence. Dis-moi en commentaire si un article sur les méthodes pour augmenter sa testostérone naturellement t’intéresse.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Salle de musculation maison : Comment faire son home gym ?

Je ne vois donc pas de raisons de faire ce challenge dans une optique de performance et de prise de muscle. Mais à toi d’essayer pour te faire ton propre avis et voir si tu as certains bénéfices.

En résumé

Sexe et sport ou masturbation et musculation sont parfaitement compatibles. Le niveau de testostérone augmente pendant une période d’abstinence mais aussi pendant des périodes d’excitation. Les performances sportives ne semblent de plus pas être impactées par l’activité sexuelle.

Il est donc inutile de réfréner une activité sexuelle seine en espérant gagner plus de masse musculaire. D’autant plus que les rapports sexuels sont bénéfiques pour la qualité du sommeil.

Par contre si tu commences à louper des entraînements ou à passer trop de temps à te tripoter la nouille et que ça impacte ta vie, alors tu ferais mieux de ralentir le tirage de haricot.

Un partage ça fait toujours plaisir ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

30 jours pour perdre un max de poids sans frustration ni cardio